A la une : Un village éphémère au cœur du désert.

 


A.Karaghezian/ECPAD

A l’époque du Far-West, les cow-boys qui s’aventuraient en territoire hostile adoptaient une posture défensive lors de leur halte. Celle-ci consistait à recréer un environnement sécuritaire faisant penser à un fortin. Les véhicules qui formaient le convoi étaient alors disposés en carré ou en cercle afin de créer un rempart. Cette disposition permettait de se prémunir des attaques venant de l’extérieur tout  en permettant de se reconditionner à l’intérieur  en sureté.
S’inspirant de cette méthode éprouvée, les soldats français qui patrouillent dans le sahel ont opté pour une stratégie similaire qui porte l’acronyme de BOAT pour Base Opérationnelle Avancée Temporaire. Ce petit village ainsi créé en l’espace de quelques minutes répond à des codes où chacun à son rôle lors de ses poses plus ou moins longues. Le commandement continue à planifier la manœuvre, les mécaniciens effectuent des réparations, les hommes en profitent pour se nourrir, se détendre, ou se reposer avant de reprendre la mission.

<<  VOIR LES AUTRES REPORTAGES